big fish logo

Recours collectif contre Big Fish Games en raison de jeux en ligne illégaux

L’éditeur de jeux sociaux Big Fish Games a été touché par un autre procès mettant en cause la légalité de ses jeux de casino social à Washington.

Big Fish Games, ainsi que son nouveau propriétaire Aristocrat Leisure, ont été nommés défendeurs dans le cadre d’un recours collectif intenté la semaine dernière devant la cour de district américaine pour le district ouest de Washington à Seattle.

La demanderesse Manasa Thimmegowda mène le procès. Elle a déclaré dans sa plainte juridique qu’en exploitant Big Fish Casino et un certain nombre de jeux de casino sociaux similaires, Big Fish et Aristocrat ont violé la loi sur les jeux de hasard de Washington. Le jeu en ligne est actuellement illégal dans l’état.

Mme Thimmegowda a commencé à jouer au Big Fish Casino sur son smartphone en novembre 2017. Elle a déclaré dans sa plainte qu’elle avait dépensé plus de 3 000 $ au cours d’un seul mois pour acheter des jetons virtuels dont elle avait besoin pour continuer à jouer.

Les joueurs ne peuvent jouer aux jeux de casino de Big Fish que s’ils sont en possession des jetons virtuels. Les nouveaux joueurs reçoivent un paquet de jetons gratuits qui peuvent être utilisés pour jouer aux jeux. Cependant, une fois ces derniers épuisés, les joueurs doivent acheter des jetons supplémentaires afin de pouvoir continuer à jouer.

Mme Thimmegowda, en son nom et au nom d’autres joueurs, demande des dommages et intérêts à Big Fish et Aristocrat.

Selon le tribunal de Washington, le jeu de Big Fish est illégal

Les problèmes juridiques de Big Fish à Washington remontent à des années. En 2015, un joueur de Washington a poursuivi le studio de jeux sociaux et son propriétaire de l’époque, Churchill Downs (la marque aussi à l’origine du casino mobile https://machancecasino.org/), en dommages et intérêts pour avoir été encouragé à acheter des jetons en argent réel pour jouer aux jeux du casino de Big Fish.

La Cour d’appel des États-Unis a rendu une décision l’année dernière, déclarant que les jetons virtuels utilisés dans le Big Fish Casino étaient  » une chose de valeur  » et que l’achat de tels jetons pour de l’argent réel en faisait un jeu en ligne illégal selon la loi américaine.

La nouvelle plainte légale contre Big Fish affirme que la prolifération des smartphones a conduit à une croissance de ce que l’on a appelé les jeux  » free-to-play « . Cependant, le « terme est un terme erroné », la plainte continue en se référant à un modèle qui offre des jeux gratuits à télécharger, mais les entreprises « récoltent alors d’énormes profits en vendant des milliers d’articles « in-app » qui commencent à seulement quelques centimes mais « peuvent rapidement atteindre des centaines et même des milliers de dollars ».

Aristocrat a déclaré qu’il avait l’intention de « défendre vigoureusement l’action ». Le géant australien du jeu a acheté Big Fish Games à Churchill Downs en janvier dernier pour près d’un milliard de dollars. L’entreprise souhaitait renforcer sa branche numérique, qui représente désormais près de 38 % de son chiffre d’affaires total.

Plus d’informations sur https://www.aristocrat.com/business/big-fish-games/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *